Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/10/2010

Les églises de Maureilhan

La première église chrétienne : L'église Saint-Geniez

 

Nous devons à cette église le plus ancien vestige chrétien de Maureilhan et probablement un des plus anciens du biterrois sous la forme d'une lampe à huile servant à honorer les morts. Eglise saint genies 1.1.jpgCette lampe fut trouvée lors des premiers défoncements profonds, vers 1867, dans le terrain du domaine de Frauzil, tènement de Saint-Geniez (pour le cadastre actuel tènement de la Plane) et remise à la Société Archéologique de Béziers.
Quelques années plus tard, vers 1890, Monsieur Sabathier Désarnaud (La Géographie de l'Hérault p.509) se prononce pour une origine wisigothe de cette lampe (VI éme siècle), ce qui paraît mieux correspondre à l'histoire géo-politique de notre région.


L'église du cimetière :

 

Ci-dessous, reconstitution à partir du plan cadastral de 1808 de cette partie du village ayant abrité cimetière, église et presbytère. A noter que le cimetière haut avait au préalable abrité une villa romaine ( vestiges retrouvés vers 1950 ) et que tout en bas, le nouveau cimetière abrite quelques vestiges de l'âge de fer ( VIIéme siècle avant notre ère)Plan de l'église du cimetière 001.1.jpg

Citée en 1225 dans un texte de la commanderie de Campagnioles (folio 143), l'église est décrite contiguë au cimetière dans la visite pastorale de 1605 et fermée en 1694 (archives municipales de Béziers)

 

Murs éventrés, toiture en partie détruite, l'église est une véritable ruine, le presbytère a été réduit au niveau du sol... le prêtre lui déclare être obligé par temps de vent s'il ne tenait le pied du calice sur l'hostie le vent l'emporterait...
Précision importante... l'évêque donna l'absoute aux morts dans le cimetière contigu, de même pour la maison claustrale jadis contigu à l'église, mais démolie...

L'église devait être relativement grande dans la mesure ou il y avait trois autels... un autel majeur, sans nappes ni ornements, deux autels de part et d'autre, un du coté de l'épître, l'autre du coté de l'évangile, ce dernier sous l'invocation de la Bienheureuse Marie...

Une crois en étain, une autre en bois sont bien des signes de grandes pauvreté dans la vie chrétienne de cet époque. (Toujours constat compte rendu de visite pastorale).

En raison du mauvais état de l'ensemble, cette église hors les murs fut définitivement fermée en 1699, Etienne Castilhon, fils de Pierre est baptisé à Montady, l'église de Maureilhan étant interdite par moi, prieur...Note sur le livre d'état civil à cette date, archives de Maureilhan...

La première église intra-muros


.

 

Le plan ci-dessous est extrait du cadastre Napoléon , Mairie de Maureilhan..

 

plan 1700 001.1.jpg

 

 

 

Intra muros 1702 001.jpg

 


Constat d'emprunt et de fin des travaux (partie de document - 1702)



L'église actuelle

 

St Baudil.2 001.1.jpg

 

 


L'église de Maureilhan par MediathequeMaureilhan

sat baudile 001.1.jpg

 

 

L'autel

 

 

saint baudile 001.1.jpg

 

 

La chaire a été achetée 320 francs en 1792 en tant que bien national. Elle proviendrait de l'église Saint-Jacques de Béziers (Père Vincent dixit). Elle est en voie de classement.

 

 

st baudi 001.1.jpg

 

 

 

 

saint baudile - les tableaux 001.jpg

 

Les tableaux de l'église, tous classés depuis Mars 2005

 

 




Les Desservants connus de la paroisse


Du treizième au quinzième siècle inclus, il est impossible de faire la différence entre les desservants du bourg de Maureilhan à Béziers et ceux de la paroisse de Maureilhan. Les noms ci-aprés ne sont donc donnés qu'à titre indicatif: Pierre Vitalis au treizième, Raynaud de Vignogoul en 1319, Pierre Roussille en 1539, de Nivelle en 1543...

1/ L'An 1463: Hugues Serpaud, fit renouveler les emphytéotes (baux) du prieuré.

2/ L'An 1470: Pierre Rijoulet, comme Serpaud Bibliothèque Nationale, liste des prieurs.

3/ L'An 1491: Paul de Montolieu, archives départementales: G 586/587-

4/ L'An 1577: Pierre Rigaud, même référence que Montolieu.

5/ L'An 1577: Guillaume Arnaud même référence.

6/ L'An: 1578: Bernard de Naux, ADH: -G 587/588/589. (même dossier)

7/ L'An 1603: Pierre Catalan -probablement Catala ou cathala- de Cazouls...

8/ L'An 1605: Bedos -de Serignan? - Visite pastorale de 1605.

9/ L'An 1640: Mestre, état civil de Maureilhan.

10/ L'An 1645 à 1656: Venèze, peut-être Devèze, état civil.

11/ L'An 1656 à 1661: Veuillaz -peut-être Deuillaz- état civil.

12/ L'An 1661 à 1665: Azémar -Azéma- en même temps prieur de Campagnoles. Etat civil.

13/ L'An 1665 à 1694: Astanières, dcd en Sept. 1694, le meilleur de tous les prieurs.

14/ L'An 1695 à 1698: Sumery avec Dubourg puis Comby comme prêtre secondaire.

15/ L'An 1699 à 1700: Doumergue (peut-être Domergue) qui signe prieur-curé.

16/ L'An 1700 à 1703: Lavergne avec une "écriture" illisible

17/ L'An 1703 -Juillet à Août 1733: Soulié.

18/ L'An 1733 à Août 1753: André Combescure, obligea les consuls à contruire le presbytère.

19/ L'An 1753, Septembre à Août 1761: Chauliac dcd à cette date, originaire de Puimisson.

20/ L'An 1761:du 3 Sept. au 30 Avril 1791: Crozilhac de Pézenas, prêtre réfractaire.

21/ L'An 1791: du 20 Juin au 20 Nov. 1792: Tabariès ancien prieur de Ramejan. Archives municipales.

22/ L'An 1793: Jean-Pierre Bernard, "citoyen curé" archives municipales.

23/ L'An 1795: Jean-Louis Bouillet, infirme, n'a probablement jamais pu exercer son ministère.

24/ L'An 1796: Jean-André Barthés: prêtre assermenté, l'église est rendue au culte.

25/ L'An 1800: Jean Joseph Richaud. : ADH: -7F 40

26/ L'An 1806: Rouch également curé de Maraussan, dcd et inhumé à Maureilhan.

27/ L'An 1807: Ginies, voir note 2 en fin de page.

28/ L'An 1811 à 1817: Jean-Pierre Saurat, habite le presbytère, restauré aprés 11 ans de fermeture...

29/ L'An 1819 à 1832: Crassous. Invalide en fin de carrière Ranvaud arrive comme prêtre secondaire.

30/ L'An 1832 -Janvier- 1837: Ranvaud, nommé professeur au Grand Séminaire en 1837.

31/ L'An 1838 -Mars à Mars 1875-Pierre Milhau, le meilleur de tous les prêtres. Dcd Mars 1875.

32/ L'An 1875 à 1880: Couve, il engagea imprudemment les travaux pour l'église neuve.

33/ L'An 1880 à 1886: Arribat, né à la Salvetat, comme Couve fut très imprudent avec l'église neuve.

34/ L'An 1886 à 1902: François Darlay, né au Pouget en 1857.

35/ L'An 1902 à 1912: Marre eut le mérite de solder les impayés de l'église neuve en ...1904...

36/ L'An 1912 à Janvier 1947: Henri Durand, né a Marseilhan. Dcd le 05/01/1947.

37/ L'An 1947 à 1949: Valada.

38/ L'An 1949 à 1955: Cayla, aumônier de l'armée, fut obligé de reprendre du service en 1955.

39/ L'An 1955 à 1960: Brice.

40/ L'An 1960 à 1962: Père François Régis Coste, avec lui commence l'ère des franciscains.

41/ L'An 1962 -Octobre à Octobre 2000: Père Vincent Prunet, se retire aprés un ministère de 38 ans.

42/ L'An 2000 à 2004: Pierre Martin, avec lui commence la nouvelle aventure du monde chrétien avec la création de la paroisse baptisée Notre Dame des Vignes. Cette dernière comprend les villages de Cazouls-les-Béziers, Cessenon, Maraussan, Maureilhan et Roquebrun.

43/ L'An 2005: Guy Laurère en remplacement du curé Martin.

Notes: 1/: La presque totalité des noms de cette liste de prêtres est issue des registres d'état civil. Les deux premiers noms ont été découverts par Melle Blayac dans la liste des prieurs à la Bibliothèque Nationale.

2/: Monsieur Rey a détourné d'innombrables archives perdues bel et bien pour la majorité d'entre elles. A la Mairie comme au presbytère le vide a été fait consciencieusement...



Source:

Mémoire sur les églises et la vie chrétienne à Maureilhan - Par Jean Colombié; Les Amis de Maureilhan - Décembre 2005
(disponible à la médiathèque de Maureilhan)

Archives Départementale - Série G 586-587

Archives locales