Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/11/2010

Les personnalités méconnus de Maureilhan

EDMOND MAROT, UN MAUREILHANAIS MECONNUE.Marrot_1-181x300.gif

Venant du village voisin de Montadin ( l 'ancien nom de montady), la famille Marrot s'installe à Maureilhan vers 1755, au milieu du 18 ème siècle.
La famille prospère en nombre et au 19 ème siècle siècle elle comptera 28 naissances. On les retrouve régisseur, courtier en vins et meme propriétaires terriens, mais le plus souvent ouvriers agricoles.
Les parents d 'Edmond Marrot sont de simples ouvriers, pourvus de quelques modestes terres, leurs deux enfants seront instruits, l 'ainé pourra meme poursuivre quelques études qui, par la suite le conduiront au séminaire.
Le cadet restera au village, fondera une famille et aura pendant de longues années la charge de sonner l 'angélus avec, disait les anciens, une régularité d 'horloge parlante...
L 'ainé des enfants, Edmond, David,Antoine était né en 1867.Il reçut la tonsure des pretres à l 'age de 22 ans, le 15 juin 1892. Ordonné pretre le 3 Juillet après avoir été sous-diacre en 1891 et diacre en mars 1892.
a sa demande il reçut sa destination pour la Chine et vicariat apostolique du Sé-Chouan oriental qu'il partit rejoindre le 31 Aout 1892.
Nommé vicaire à Iuin-Tchouan dans une vieille chrétienté remontant au 17 ème siècle ,il y resta trois ans avant de partir dans le Nord de son vicariat.Il parvint à y construire un oratoire (1897), mais quelques années plus tard dans une période de trouble, les brigands assiégèrent l 'oratoire , le blessèrent gravement par arme à feu et pillèrent complètement sa mission et tout y fut volé.
Pendant la période 1905/1925 le missionnaire Marrot fut appelé à régler en tant que médiateur reconnu et respecté, de nombreux litiges entre les différentes communautés chrétiennes rivales anglicanes, protestantes et catholiques.
il vécut treize ans sur les bords du Yang-Tsé à Tchang- Tchéou, y créant une école de francais qui le rendit célèbre dans toute la province.Après sa disparition, un mémorial fut construit pour rappeler à la fois son travail de pédagogue et celui de missionnaire.
De santé précaire, il fut obligé de réduire son activité . Il fut alors nommé archiviste de l évéché de Chungkin (1937), par la suite il se retira au séminaire de Tré-Mu-Chang où il y décéda le 6 Février 1947, après un long sacerdoce de 55 ans!
A Maureilhan on ne peut pas dire que le prètre M arrot est soulevé beaucoup d 'enthousiasme parmi la population pratiquante du village! personne ne l 'a jamais cité , pas plus Rey ( pourtant de sa génération), que les nombreux desservants qui se sont succédées depuis ...
Plus de soixante ans après sa disparition , ce modeste article n 'est là que pour rappeler le souvenir du seul Maureilhanais à avoir porté la tonsure des prètres.
Merci au service des Missions étrangères de Paris qui nous ont fourni la majorité des informations concernant la vie en Chine de ce prètre.



JOSEPH-JEAN REY, MEMBRE DE L'EXPEDITION CHARCOT (1903-1905)
0024.jpg

Joseph-Jean Rey, est l’un de ces « Maureilhanais méconnus ». Il participa à la première expédition du commandant Jean-Baptiste Charcot, dans les mers australes (1903-1905).
Il était né à Maureilhan, en mars 1873, fils de Jules Rey et de Joséphine Roudigou. Ses parents sont les descendants de deux vieilles familles de meuniers que l’on retrouve à Maureilhan à partir du milieu du 18ième siècle. Les problèmes de la meunerie, au 19ième siècle, les orienteront vers l’agriculture. Ils vont devenirs propriétaires terriens, après avoir été fournier (dans le Midi, chacun pétrissait son pain, puis l’amenait à cuire dans un four qui, avant la Révolution, payait un droit au seigneur. Ce four, au fonctionnement hebdomadaire, était entretenu par un particulier, choisi pour un an. C’était ce que l’on appelait à Maureilhan, la « pelle du four ». Après 1789, l’habitude de pétrir son pain subsista longtemps, on amenait ensuite le pain à cuire chez celui qui avait un four, le fournier, par la suite remplacé par le boulanger).
Après de solides études, Joseph-Jean Rey entre à l’Ecole navale ; il en sortira à vingt-trois ans, promu au grade d’Enseigne de vaisseau (lieutenant), c’était en 1896. Le 15 août 1903, il embarque sur le trois-mâts goélette de 32 mètres que Charcot a fait construire à Saint-Malo l’année précédente et auquel ce dernier va donner un nom qui marque le patriotisme de cette époque, « Le Français » (curieusement, alors qu’il en était déjà à son troisième « Pourquoi Pas », Charcot décide de donner un nom plus nationaliste à son bateau. Par la suite, il reviendra à son idée première, et périra au large de l’Islande, trente ans plus tard (1936), à bord du « Pourquoi Pas IV »). Leur périple dans les mers australes va durer vingt-deux mois.0016.jpg
En qualité d’Enseigne, Rey fait partir de l’état major du bâtiment, mais il a également la responsabilité des études météorologiques, des observations sur le magnétisme terrestre et sur l’électricité atmosphérique. Mais sa grande passion restera l’astronomie, c’est probablement elle qui l’a orienté vers la Marine. L’étude des mystères de l’espace va le marquer tout au long de sa vie. Sa maison, au 13 de l’avenue de la République (actuelle maison du Docteur Guigues) en porte témoignage, avec la tour qu’il se fit construire et qui la flanque sur son côté droit. Il pouvait ainsi lors de ses séjours à Maureilhan, procéder en toute quiétude à ses observations.
La première expédition Charcot sera un succès, elle leur permit de relever plus de mille kilomètres de côtes, d’établir trois cartes détaillées des mers australes et d’étonner la communauté scientifique par la moisson de collections, observations et mesures qu’ils ramenèrent, car plus de 75 caisses de produits les plus divers (roches, fossiles, notes, …) vont enrichir les collections du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.
Par la suite, une mauvaise grippe empêchera Joseph-Jean Rey de repartir avec le commandant Charcot,lors de l’expédition de 1908, sa carrière dans les mers australes s’achevant ainsi prématurément.<

0017.jpg
L’Observatoire, la cabane magnétique et les électromètres utilisés par Joseph-Jean Rey Hiver 1904

Les commentaires sont fermés.